Le renouveau de Chrysler : sérieux ou pas ?

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Nous en savons maintenant un peu plus sur les 14 « nouveaux » produits Chrysler qui arriveront dans la cour des concessionnaires au cours des prochains mois. Dans la majorité des cas, il s’agit plus d’une mise à niveau que d’une véritable transformation. Avec une marge de crédit inexistante et un compte en banque vide, il ne fallait pas s’attendre à des miracles. Prenons, par exemple, la Chrysler 200, qui remplace la Sebring. Il s’agit, en réalité, d’une mise à niveau de la Sebring. La voiture garde le même châssis. Extérieurement, elle reçoit une nouvelle partie avant (reprenant la nouvelle identité de Chrysler) et une nouvelle partie arrière, avec des feux à diodes électroluminescentes. Hélas, elle a très peu de points communs avec la 200 à propulsion électrique présentée au salon de l’auto de Detroit en 2009.

Sous le capot, le même 4-cylindres de 2,4 litres (avec, au choix, une boîte de vitesses automatique à 4 ou à 6 rapports) et le nouveau V6 Pentastar introduit dans le Jeep Grand Cherokee. Ce moteur EST la grande nouveauté de Chrysler cette année. On le retrouvera dans presque tous les modèles Chrysler vendus au Canada et aux États-Unis. La rigidité de la nouvelle Sebring est censée avoir été améliorée. La géométrie des suspensions, la barre de torsion arrière et les pneus sont nouveaux. L’insonorisation devrait également être en progrès avec un nouveau verre pour le pare-brise et les vitres latérales. À l’intérieur, le constructeur a fait un effort pour améliorer la qualité de fabrication. Le tableau de bord, les compteurs, les buses d’aération, les sièges et les selleries (cuir ou tissu) sont inédits. En bref, cette 200 doit offrir des prestations revues à la hausse par rapport à sa devancière. Cette voiture arrivera chez les concessionnaires d’ici la fin de l’année 2010, et la clientèle pourra alors juger des réels progrès.

Un travail sur la finition

Dans le dernier sondage de Consumer Reports sur la fiabilité des produits, Chrysler a terminé loin derrière la moyenne de l’industrie, et la perception de qualité de ses voitures a toujours été son talon d’Achille. Selon le directeur de la conception de la marque, l’Américain d’origine haïtienne, qui a grandi à Montréal, Ralph Gilles, Chrysler a fait un effort significatif pour améliorer l’aspect qualitatif des habitacles de la gamme de produits Dodge, Chrysler et Jeep. Le premier produit en liste, le Jeep Grand Cherokee a très bien relevé le défi à ce chapitre.

Vingt fois sur le métier…

C’est le poète français, Nicolas Boileau, qui a dit « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage », ce qui signifie « polissez-le sans cesse et repolissez-le. » C’est maintenant ce que doivent faire Fiat et Chrysler pour survivre dans ce monde hyper concurrentiel. Trop souvent, les constructeurs sont pris dans un tourbillon où tous les produits se transforment à la vitesse de la lumière. On passe un peu vite sur certains détails, la quantité prend le dessus sur la qualité, et les problèmes commencent à se multiplier. Le nombre impressionnant de rappels que l’industrie enregistre n’est pas étranger à cette approche que bien des constructeurs ont adoptée. Chrysler, qui a une énorme pente à remonter au chapitre de la qualité intrinsèque de ses produits, devrait prendre le temps de remettre les bonnes valeurs au bon endroit, peaufiner son travail, le polir et le repolir. C’est un peu comme un mariage qui est tombé dans la routine, il faut parfois refaire la cour à sa dulcinée. Si Chrysler espère, avec des produits qui n’ont pas beaucoup changé, reconquérir une clientèle qui a largement fui ses salles d’exposition, il faudra avoir fait de grandes améliorations au chapitre de la qualité et de la conduite. Nous serons en mesure de vous donner plus d’information au cours des semaines à venir.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires