Chaude Salsa

Corinne Laberge
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Il est grand temps de se dégourdir les jambes, de se déhancher le bassin et de peaufiner ses jeux de pieds, car la tendance est à la salsa. Chaude et piquante comme la trempette du même nom, c’est la danse chouchou du moment. À un tel point enfin, que même la cigale a cru bon de réviser ses activités… Cette année, elle dansera tout l’été!

Chaude Salsa

Lundi soir dernier, au Ware house Studio de Pierrefonds, avait lieu le plus grand événement de Salsa dans l’Ouest-de-l’Île, alors que l’École de danses latines Baila Productions présentait un de ses spectacles, auquel ont aussi pris part cinq autres écoles de danse montréalaises. Rencontrés quelques heures avant la représentation, Ilias — le danseur et professeur de salsa qui a fondé le studio Baila Productions de l’Ouest-de-l’Île en 2004 — et sa collègue enseignante Belinda Roche, ont gentiment accepté de nous entretenir à propos de cette danse qu’ils privilégient entre toutes et qu’ils pratiquent, d’abord et avant tout, pour le plaisir. «Les danses latines ont connu un véritable boom ces dernières années, un phénomène qui s’explique par la soudaine popularité des concours et des émissions de téléréalité mettant en vedette la danse», explique d’entrée de jeu Belinda. «Et c’est sans aucun doute la salsa qui fait la meilleure presse!, intervient Ilias. Parce que les gens en ont vu et entendu parler à maintes reprises dans les médias, cette danse est devenue plus accessible, moins associée à une élite professionnelle. Aujourd’hui, monsieur et madame Tout-le-monde peuvent apprendre à danser la salsa!», poursuit-il.

Faire le pas

Si l’intérêt croissant pour les rythmes latins contribue grandement à la promotion de la danse sociale, il semble toutefois que cette fascination soit, d’emblée, davantage marquée chez les femmes. «Le plus difficile c’est encore d’attirer les hommes, reconnaît Ilias. Croyez-moi, j’ai eu affaire plus d’une fois avec l’homme granite! Mais ce n’est qu’une question de faire le pas, parce que 99 % des sceptiques reviennent après le premier cours. L’ambiance est festive, amicale, les gens décrochent et se laissent aller. La première mission c’est d’avoir du plaisir, car la danse s’apprend beaucoup plus aisément dans un contexte informel. On s’amuse et on crée des liens, bref ça va bien au-delà de la danse!»

Dis-moi ce que tu danses…

Salsa, Bachata, Merengue et Chachacha, l’École de danses latines Baila Productions offre des sessions de cours d’une durée de huit semaines toute l’année, s’adressant à des personnes seules ou en couples, de niveaux débutant, intermédiaire ou avancé. Chaque mois, la troupe de danse Baila Productions présente également de nombreux événements: ateliers, spectacles, concours et animations. «La salsa est une danse absolument magnifique et, à vrai dire, j’en suis accro!, sourit Belinda. Les mouvements sont sensuels, mais il faut savoir qu’il y a un code d’éthique et énormément de respect dans cette danse. La forme, la confiance en soi et l’interaction homme/femme, on observe aussi plusieurs transformations positives chez les gens», révèle l’enseignante.

Organisations: École de danses latines Baila Productions, Ware house Studio de Pierrefonds, Roche

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires