Belles de ville

Corinne Laberge
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Elles ont pignon sur nos rues, de l’île Bizard à Sainte-Geneviève, en passant par Pierrefonds, Beaconsfield et Pointe-Claire, jusqu’à Sainte-Anne-de-Bellevue. Centenaires, majestueuses ou bucoliques, elles sont les têtes d’affiche du quartier, sa signature unique. Des propriétés à l’architecture remarquable qui font le charme de nos paysages et racontent l’Histoire à travers de précieux témoignages.         

Les premières traces d’occupation de l’Ouest-de-l’Île remontent à il y a très longtemps. Au XVIIIe siècle plus précisément, comme le rappellent certains moulins, vieilles maisons de ferme et autres bâtiments installés aux abords de la rivière des Prairies et du fleuve Saint-Laurent. Sur la côte Sainte-Geneviève notamment, où la population gagne en importance dès les débuts de la colonie de la Nouvelle-France. Maisons à colombages, de bois, de briques, de pierre à moellons ou taillée; le secteur se développe et acquiert la vocation résidentielle qu’on lui reconnait toujours aujourd’hui.

 Témoins dans le temps

Établis d’ouest en est le long du boulevard Gouin ou à proximité - du Cap Saint-Jacques à l’îlot villageois de Sainte-Geneviève, jusqu’aux limites de l’arrondissement Pierrefonds-Roxboro – de nombreux édifices de cette portion présentent une architecture d’exception. Dont plusieurs ont d’ailleurs reçu des prix ou font l’objet d’une reconnaissance gouvernementale provinciale par classement ou par citation. Parmi lesquels, la Maison Augustin-Brisebois datant de 1800, l’une des plus anciennes demeures de Pierrefonds. Avec ses murs massifs en pierres des champs et sa toiture de tôle à deux versants, elle est un bel exemple de maison de ferme dans le répertoire du patrimoine rural de Montréal. À souligner également, la Maison D’Ailleboust-de-Manthet, située au 15 886, boul. Gouin Ouest. Aussi connue sous le nom de Manoir Forbes, cette résidence bâtie autour de 1845 a été reconnue monument classé historique en 1975. La même année que la Maison Montpellier-dit-Beaulieu, construite entre 1848 et 1876 en plein cœur du noyau de Sainte-Geneviève.

Caractéristiques du XIXe siècle, les demeures d’inspiration québécoise ornent les rues de la plupart des quartiers de l’Ouest-de-l’Île. Un style qui se distingue aisément par son esthétique traditionnelle, ses galeries-perrons et ses toits mansardés à cheminées. Située au 19, chemin Lakeshore à Beaconsfield, la résidence lauréate d’un Prix émérite du patrimoine architectural de Montréal - catégorie résidentielle en 2010, possède bon nombre de particularités architecturales typiques de la maison québécoise de la vallée du Saint-Laurent. À noter: son revêtement de pierre à moellons, sa toiture à versants percée de deux cheminées, de même que ses éléments d’origine judicieusement restaurés. Construite en 1819,  c’est l’une des propriétés les mieux préservées de la ville de Beaconsfield.  

Un patrimoine harmonieux 

S’il y a une autre bâtisse dont l’architecture et l’excellent état de conservation sont dignes de mention dans les environs, c’est sans doute celle du 10-12, avenue Drayton à Pointe-Claire. Une magnifique maison jumelée de brique d’argile rouge, datant de 1930 et comportant toujours plusieurs caractéristiques originales de l’époque. Telles que les fenêtres à guillotine en bois et les portes d’entrée surmontées de faux balcons en fer ornemental. Toujours sur le territoire de Pointe-Claire, la demeure érigée au 19, avenue Lakebreeze a également bénéficié d’un entretien rigoureux depuis sa construction, vers 1920. Le toit à deux versants droits aux croupes tronquées, le parement extérieur en crépi texturé et les colonnes ouvragées de la galerie ont été très bien préservés. Sans oublier de mentionner les fenêtres jumelées à meneaux, de véritables joyaux!           

En terminant, un coup d’œil rapide sur une des Belles montréalaises élue par l’Opération patrimoine architectural 2011 – catégorie résidentielle. Une propriété à l’architecture moderne remarquable, construite en 1966 selon les plans du célèbre architecte Roger D’Astous. Avec son design original, sa fenestration abondante et son revêtement extérieur qui combine le bardeau de cèdre, le bois et la pierre des champs, cette demeure du 410, chemin Lakeshore à Beaconsfield est parfaitement intégrée à son environnement. Comme quoi le patrimoine architectural de l’Ouest-de-l’Île fait preuve d’une belle diversité, alors que maisons de ferme ancestrales et habitations plus récentes s’y partagent l’espace harmonieusement.                       

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires