Frisbee autrement

Marie-Hélène
Marie-Hélène Verville
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Un sport mixte, où tous les joueurs sont importants et on leur mot à dire sur le terrain. Un sport à la fois physique et stratégique. Un sport sans contacts physiques et sans arbitre, qui fait appel à l'esprit sportif des participants. Un sport qui a déjà sa propre élite sportive.

Frisbee autrement

Voici ce qui caractérise le Ultimate Frisbee, un mélange de basket-ball, de football américain et de frisbee. Si l'Association de Ultimate de Montréal n'a pas d'assises officielles dans l'Ouest-de-l'Île, plusieurs des 2400 membres de l'association viennent de la région, dont le médaillé d'argent aux derniers championnats canadiens, Daniel Sassina de l'équipe compétitive Méphisto. Et ce sport gagne des adeptes d'année en année. «J'ai découvert ce sport à l’Université de Concordia. Jai joué ma première partie en 1995, c'est un ami qui m'a introduit à ce sport», explique l'homme de Roxboro. C'est aussi via un groupe d'amis qu'Émilie Bertrand-Villemure, une fille de l’île Bizard qui joue à la fois dans une équipe récréative et une équipe compétitive de la ligue, a commencé à jouer il y a quatre ans.

L'Ultimate frisbee se joue sur un terrain similaire au football américain. Les joueurs doivent se lancer le frisbee jusque dans la zone adverse. On ne peut pas avancer lorsqu'on est en possession du disque, l'équipe adverse cherche à intercepter la passe. «Ça développe vraiment le cardio», affirme Émilie Bertrand-Villemure. «La stratégie est aussi importante, pas tant au niveau récréatif que compétitif. Le "playbook" devient alors très important.»

Détail important; il n'existe pas d'arbitre dans ce sport, même lors de la finale mondiale. Les joueurs doivent s'autoréguler et nommer eux-mêmes les fautes commises. «J'aime penser que les joueurs ont plus de respect les uns pour les autres et que l'esprit sportif est plus développé dans ce sport qu'ailleurs», affirme Daniel Sassina. Tricher est très mal vu sur le terrain, même si certains joueurs ont plus de difficulté que d'autres à s'autoréguler, affirment Daniel et Émilie. «Ce sport devrait être inclus dans le cursus scolaire. Il véhicule de belles valeurs», explique le directeur général de l'Association de Ultimate de Montréal, Jean-Lévy Champagne.

Comme les équipes sont mixtes, l'esprit familial est également important. «Certaines filles ont des enfants et elles les amènent. Des couples viennent avec leur bébé, l'un s'en occupe pendant que l'autre est sur le terrain, et vice-versa», affirme Émilie Bertand-Villemure. «C'est une pratique courante. En plus, il y a toujours un espace vert, un parc, pour les enfants, pas trop loin», affirme Jean-Lévy Champagne. Pour accommoder les mordus, l'association a même créé une saison l'hiver, les joueurs jouent à l'intérieur… sur du sable!

Comment faire pour commencer? Amélie Bertrand-Villemure recommande d'assister aux cliniques d'initiation, qui ont lieu régulièrement. Pour faire partie d'une équipe, les gens peuvent écrire un mot sur le forum de l'Association de Ultimate de Montréal, les catégories des équipes récréatives vont de A à F, toutes les équipes récréatives sont mixtes. «C'est vraiment un sport que je recommande à n'importe qui! Aux jeunes, aux gens qui souhaitent comme moi faire du sport d'élite. Aux gens dans la quarantaine aussi, qui veulent se dégourdir les pieds», affirme Daniel Sassina. La prochaine séance d'initiation aura lieu le jeudi 27 août, de 19h à 22h, au parc Eugène-Dostie à l’île Bizard, près du pavillon Vincent-Lecavalier. Pour infos: l'Association de Ultimate de Montréal, 514-303-4048.

Organisations: Association de Ultimate de Montréal, Université de Concordia

Lieux géographiques: île Bizard, Roxboro, Parc Eugène-Dostie

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires