Se préparer pour le soccer

Chris
Chris Quigley
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L’Art d’être parent

Des événements marquants fusent de toutes part chez les Lalonde ces jours-ci; pour la première fois de sa vie, j’ai inscrit ma fille au soccer le week-end dernier.

Vous ne penseriez pas que ça ferait toute une histoire, alors qu’il y a encore cinq pieds de neige sur tous les champs de soccer disponibles dans l’Ouest de l’Île, mais cela a été ma première erreur.

Malgré que l’hiver soit encore en évidence, le tourbillon d’activités des sports amateurs a été la première chose que j’ai notée lorsque je suis entré par la porte arrière de l’école secondaire John Rennie au milieu de samedi après-midi.

Nous sommes passés tout près de cet arôme délectable des hots-dogs vapeur alors que le programme de basket-ball des Lakers de l’Ouest de l’Île vendait des friandises à l’extérieur du gymnase principal pour recueillir des fonds supplémentaires et à la caféteria, là où des douzaines de bénévoles ont réalisé leur meilleure personnification d’employées de la SAAQ en naviguant à travers la montagne de papiers et de documentation apportée par chaque parent.

J’étais nerveux, comme je le suis souvent auprès de personnes qui s’assurent que toute la documentation est bien complète (je suis toujours un peu nerveux d’avoir oublié quelque chose) et nous nous sommes assurés que tout était en ordre pour Gabrielle.

L’association de soccer amateur de Pointe-Claire demande un certain nombre de pièces de documentation, et ils semblent être sérieux sur ce point. Un message sur leur site web indique que ‘les inscriptions pour lesquelles manquera toute pièce d’information ne seront pas traitées,’ mais j’ai peut-être imaginé la partie qui dit que ‘si votre inscription n’est pas traitée, c’est que vous ne valez pas grand-chose comme parent.’

Mais, notre inscription a été traitée et je ne suis pas, pour l’instant, un parent nul – et Dieu merci.

Après le tournoi de la ligue maison, la saison dernière (un festival grandiose de soccer qui s’est déroulé sur une période de deux jours au Parc Terra Cotta et l’événement social de la saison puisqu’il y avait de la barbe à papa), ma fille a regardé son cousin jouer, elle a eu la piqûre. Elle a l’a eu fort. Tellement fort, en fait, qu’après l’avoir inscrite au soccer, elle a passé quelques minutes à filer comme une flèche dans le hall de John Rennie pendant quelques minutes, à pourchasser et à donner un coup de pied à un ballon de soccer imaginaire. « Papa, je joue au soccer! »

Je n’avais pas le cœur de lui dire qu’elle n’y jouait pas. Et elle bottait et courait, bottait et courait – et une chose étrange s’est produite : j’ai commencé à jouer à ses côtés. À courir et à botter, courir et botter. J’ai commencé à voir la même chose qu’elle voyait; le ballon, dans toute sa gloire imaginaire, était aussi visible que le jour.

C’est alors que j’ai eu la certitude que de se tenir avec un enfant, peu importe pour quelle durée, vous permet de commencer à voir le monde comme il le voit, si ça n’est que pour une courte période de temps. Innocent et les yeux grand ouverts, imaginatif et créatif. Cela a été un tel plaisir, je n’arrive toujours pas à y croire.

J’aimerais pouvoir me sentir comme ça en tout temps.

Organisations: école secondaire John Rennie, SAAQ

Lieux géographiques: Lakers de l’Ouest, Pointe-Claire

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires